↑ Return to Technique

Manipulation

Pour le bon fonctionnement, des consignes brèves et explicites sont souhaitables, émises par une seule personne responsable. Ne pas relâcher son attention sous prétexte qu’on n’est pas sur l’eau (éviter de se faire mal et de dégrader le matériel).

S’entraider entre équipages pour le portage.

Cas de la yolette

Avant le portage du bateau

On désigne une personne pour gérer les opérations et donner les consignes. On inscrit dans le cahier de sortie, le repère du bateau, la date, l’heure et le nom-prénom des participants. Porter les pelles au ponton, palettes devant soi (en raison de leur fragilité) les ranger dans le sens de la longueur au centre pour ne pas gêner.

Sortie des portoirs

- Se positionner face à face de part et d’autre des portoirs, en équilibrant les forces des porteurs en diagonale (exemple AV gauche, AR droit).

- Tirer les glissières si il y en a.

- Au moment de sortir faire attention de ne pas toucher d’autres bateaux. Faire pencher le bateau pour éviter de toucher les dames de nage du bateau rangé au dessus.

Portage de la yolette

Les yolettes étant rangées à l’extérieur près du port, la distance à parcourir pour la mise à l’eau est courte et le portage s’effectue sans chariot. Porter dos droit pour ne pas se faire mal.

- Rester placés face à face aux extrémités de l’habitacle à l’avant et à l’arrière de la yolette.

- Porter le bateau bras tendu par le plat bord la coque vers le haut.

- Rester attentif tout au long de la manipulation, en surveillant particulièrement les portants et les pointes pour ne rien accrocher.

Mise à l’eau

- Retourner le bateau en le soulevant suffisamment haut pour que les portants ne touchent pas le sol. Saisir le bateau uniquement par la préceinte (yolettes bois), le haut de la coque ou les barres de portage (les autres pièces sont trop fragiles).

- Rentrer le bateau dans l’eau perpendiculairement à la berge, la pointe avant (boule) en premier. Poser la pointe avant lorsqu’elle est au dessus de l’eau puis venir porter derrière les autres coéquipiers. Attention, avant de lâcher, mettre le gouvernail perpendiculaire à la coque pour ne pas qu’il racle le sol. S’assurer qu’il y a une personne sur le ponton pour récupérer le bateau.

Vérifications

- Vérifier la coulisse, la présence de la barre de pieds et des sangles. Si nécessaire nettoyer les rails ou les roulettes.

- Fermer les bouchons.

Installation des pelles et embarquement

On décrit ci après le cas idéal, des adaptations sont possibles selon les possibilités de chacun.
L’équilibre d’un bateau d’aviron au ponton ou sur l’eau est assuré par les pelles. Si l’on monte sur le bateau sans elles il y a risque de basculer d’un côté ou de l’autre. Pour l’éviter il faut équiper, en priorité, la pelle côté ponton, pour rendre impossible le basculement vers ce ponton. Ceci permet, par la suite, d’installer sans risque la pelle côté eau.

- Disposer les pelles à installer pour que la pelle tribord, marque verte, soit à gauche du rameur (assis sur sa coulisse) : TGV : Tribord, main Gauche, couleur Verte.

- Installer et fixer d’abord correctement la pelle côté ponton. Ouvrir la dame de nage, l’orienter vers la barre de pied, mettre la pelle en plaçant le collier entre la dame de nage et le bateau, ce qui rend la pelle prisonnière. Refermer la barrette et l’emprisonner en revissant l’écrou.

- Écarter le bateau pour que les portants ne s’appuient pas sur le ponton et que le bateau reste horizontal.

- Si l’équipage souhaite s’assurer mutuellement, tenir une pelle côté ponton et pas le bateau. Noter que cette disposition de sécurité est inutile si on est en mesure de respecter ce qui suit.

- Poser une main sur le plat-bord côté ponton et mettre tout son poids sur ce point d’appui (pour empêcher le basculement côté eau).

- Pousser la coulisse pour dégager la planchette, et y poser son pied (éviter le bouchon).

- Transférer le poids du corps au dessus du bateau en gardant un pied au ponton. Maintenir le bateau près du ponton. Ne jamais utiliser le ponton comme appui.

- Une fois le pied sur la planchette, toujours garder la main sur le bord du bateau côté ponton.

- Ouvrir la dame de nage, mettre la pelle, refermer la barrette et l’emprisonner en revissant l’écrou.

- Border ses avirons (les pousser en butée sur la dame de nage) et les tenir ensemble dans une seule main (celle opposée au ponton).

- Incliner le bateau en tenant les avirons puis, sur ordre du barreur, ou du rameur en position quatre qui sont les seuls à pouvoir vérifier visuellement que tout le monde est prêt, pousser le bateau au large.

- S’asseoir en mettant directement le pied venant du ponton dans le cale pieds, sans jamais lâcher ses pelles, s’appuyer sur la main restée sur le plat-bord côté ponton.

Réglage (ou pré-réglage) de la barre de pied au ponton

On peut procéder à un pré-réglage de la barre de pied au ponton, si il n’y a pas urgence à libérer l’emplacement. Le bon réglage est à confirmer sur l’eau (sauf si il est parfaitement connu pour un bateau donné).

Ce réglage permet de définir la bonne position du rameur par rapport aux pelles.

En règle générale, une personne de petite taille rapprochera la barre de pied de la coulisse, une personne de grande taille l’éloignera.

Lire le détail du réglage au paragraphe « réglage de la barre de pied sur l’eau ». En résumé : Se positionner jambes allongées, buste légèrement en arrière, tirer la pelle vers la poitrine en la gardant bordée ; Déplacer la barre de pied pour que la poignée de la pelle tombe au niveau des côtes vers le flanc.

 

Pour déplacer une barre de pieds montée sur crémaillère, dévisser suffisamment les trois vis (ne pas oublier celle vers les talons), soulever les pièces en plastique qui s’appuient au dessus des crémaillères, replacer la barre (pas en biais) et revisser. Fixer les pieds sur la barre sans trop serrer.

Débarquement

On garde à l’esprit le rôle des pelles dans l’équilibre du bateau. On procède dans l’ordre inverse de l’embarquement. En tenant les pelles avec une main (celle opposée au ponton), on se lève sur la planchette, s’appuyer sur le plat-bord avec la main côté ponton.

Ensuite on pose un pied sur le ponton, à l’extérieur des portants. A ce moment là seulement, on déborde la pelle côté eau et on la défait. Prendre soin de revisser l’écrou pour emprisonner la barrette (pour éviter des dégâts pendant les manutentions). Ces manœuvres peuvent être effectuées ensemble, sur l’ordre du barreur : pied planchette (pour annoncer la manœuvre), debout, pied ponton, défaire la pelle côté eau …

Attacher les coulisses. Les pelles côté ponton sont défaites en dernier. Tant qu’on n’est pas prêt à ranger le bateau, laisser une pelle dans sa dame de nage, pour que le bateau ne s’éloigne pas du ponton.

Sortie de l’eau

Opérer dans l’ordre inverse de la mise à l’eau. Quelqu’un sur la berge récupère le bateau. Bien se répartir de part et d’autre pour le sortir et le porter.

Rangement

- Laver le bateau en le posant sur les tréteaux.

- Ouvrir les bouchons.

- S’assurer que les lanières des barres de pied sont bien attachées pour ne pas les perdre.

- Repérer le sens de rangement, boule (AV du bateau) vers le lac.

 

- Au moment de ranger faire attention de ne pas toucher d’autres bateaux. Éviter surtout que les dames de nage du bateau qui se trouvent au dessus ne touchent la coque du bateau que l’on range (risque de sérieux dégâts).

- Avant de poser le bateau, s’assurer que personne ne se trouve derrière entre les portoirs, tirer les portoirs si ils sont sur glissière.

- S’assurer que tous les portants du bateau sont entre les portoirs (sauf YQ20,21) et ne s’appuient pas dessus ; s’aider des éventuels repères sur la coque, qui doivent coïncider avec les portoirs.

- Au moment de poser le bateau sur les portoirs, le faire pencher pour éviter de toucher les dames de nage du bateau rangé au dessus.

- Une fois le bateau posé, pousser les glissières et pas le bateau. Enfin passer les sangles pour éviter qu’un coup de vent ne fasse tomber le bateau.

Cas des fun-double ou des fun-skiff

Ils peuvent être portés à deux, rien n’empêche d’être à plusieurs. Moins fins et moins fragiles, il est commode de les porter par les extrémités (contrairement aux autres bateaux). Pour la mise à l’eau, approcher un pied au plus près du ponton, tenir le bateau une main dessus et une dessous, en le repoussant pour éviter que la dérive ne vienne cogner le ponton.

Pour le porter à l’épaule, se placer à l’avant et à l’arrière. Si un porteur se place plus au centre il aura à porter une part plus importante du poids.

La procédure pour monter dans le bateau est identique à celle de la yolette, avec de bonnes raisons de la respecter pour ne pas chavirer.

Manutention bateaux longs pour débutants

Hormis la distance à parcourir, la manutention des bateaux longs rangés au hangar est plus délicate que celle des yolettes. Lorsque l’équipage n’est pas autonome sur un huit, l’encadrement utilisera une procédure adaptée selon le public, dont nous donnons les éléments essentiels.

 

Hors de l’eau le huit peut être porté par les extrémités de l’habitacle comme les autres bateaux. Par contre, si l’on décide d’utiliser un chariot, au centre, pour son transport, ce seul point d’appui ne suffirait pas à soutenir la structure et l’équipage devra le soutenir aux extrémités de l’habitacle. Le bateau étant long, il est facile de heurter les pointes en pivotant prématurément.

 

En résumé :

- ne pas porter par les pointes (mais aux extrémités de l’habitacle),

- ne pas laisser un huit tout seul sur un chariot,

- chaque personne aux extrémités est responsable de la protection de la pointe

- pour ranger, faire coïncider les repères sur la coque avec les portoirs.

Lien Permanent pour cet article : http://www.asul-aviron.com/?page_id=271